Le Journal - Le Tricotage

Le Tricotage

DEPUIS L’ATELIER | Le Tricotage

Par Logan Cee 09/08/2016 05:44 0 Commentaires

Mécaniques pour les plus anciens, électroniques pour les générations les plus récentes, au tricotage s'alignent les métiers permettant la réalisation de mailles variées, simples, structurées ou plus fantaisies. Aux manettes, ce sont les Bonnetiers qui se relaient pour lancer les fabrications.

 

Un de nos plus ancien tricoteur : Maurice Leclerc

Arrivé à Saint-James en 1973, Maurice Leclerc compte près de 43 ans de travail de tricot à son actif. Tricoteur expérimenté, il est maintenant chargé de la répartition des panneaux à confectionner par ces 75 machines à tricoter.
L’atelier de tricotage « rectiligne » (pour les initiés) Saint-James est l’un des plus grands en France. Programmeurs et tricoteurs y travaillent en 3 huit, sans cesse mis au défi de concevoir des motifs toujours plus sophistiqués.

 

Des machines de pointe

De l’appareil Stoll dernier cri, venu d’outre-rhin, en passant par la tricoteuse rectiligne Steiger, du nom du français parti en Suisse dans les années 1960, l’atelier de tricotage révèle de la plus fine ingénierie. On peut même y admirer une ancienne machine Dubied en parfait état qui fonctionne encore avec un système de commande à carte.

 

La laine respire.

A l’intérieur de l’atelier, la température est minutieusement maintenue à un niveau d’hygrométrie et de température constante. La laine étant une matière première qui respire et qui vit, elle est constamment contrôlée. Des changements trop importants d’humidité ou de chaleur produiraient des variations dimensionnelles non acceptables pour le consommateur (et passer d’une taille 40 à une taille 38 lors du premier lavage).

A la réception de chaque lot de cônes de fil, un contrôle des caractéristiques techniques avant utilisation de ceux-ci est effectué : titrage (comprenez vérification de la finesse du fil), dégorgement (perte lors du premier lavage d’une partie de la teinture), humidité, excès de teinture, conformité du coloris, glisse sont des éléments systématiquement contrôlés.

La réelle expertise de ces bonnetiers réside dans leur capacité à reproduire invariablement la patte de St James : cette tension particulière du fil, l’élasticité d’un tricot ou encore un toucher tantôt doux tantôt rêche, sont tant de caractéristiques qui font la qualité finale du produit.

Chaque mois, les les bonnetiers de Saint James tricotent l’équivalent d’un aller-retour terre/lune.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les mentions obligatoires sont marquées de *